Être bien

Parce qu'on veut tous apprendre à être bien. Dans notre peau, dans notre tête... dans notre vie! Cette section se veut donc un partage d'outils et de réflexions, un accès à des ressources qui, je l'espère, vous seront utiles, comme elles l'ont été pour moi.

Si jeunesse savait – Denise Kirallah

vendredi 14 octobre 2016
Par Denise Kirallah
maman d’un garçon et d’une fille et grand-maman de quatre-petits enfants

 Voici ce qu’elle aurait aimé savoir quand elle était plus jeune et qu’elle a eu envie de partager.

#1

Poursuivre ses études

« La chose principale que j’aurais changée dans ma vie, c’est d’aller à l’école plus longtemps. Les études, c’est vraiment important. On dit souvent que l’école c’est important, comme la santé, on le dit vite, mais c’est vrai, c’est la base pour avoir un bon métier. Si j’avais pu étudier plus longtemps, j’aurais été infirmière… Même si j’ai peur du sang et je viens mal quand je vois un bobo ! M’occuper des gens, j’aime ça, mon mari m’appelle Mère Thérésa ! Et avec un bon métier, j’aurais pu donner plus à mes enfants. C’est pas juste une question monétaire, mais le cœur a beau être grand, le porte-monnaie a des limites. Récemment, pour la fête de ma fille, j’aurais aimé la gâter, mais on a convenu qu’on gardait le budget cadeau pour les petits-enfants. »

#2 

Protéger les enfants

« On pense parfois que si on avait su que la mort approchait, on aurait fait les choses différemment, mais ce n’est pas toujours vrai. Moi, mes enfants, c’est ce qui a de plus important. Mes enfants et mes petits-enfants, tu ne touches pas à ça, sinon je viens méchante, même si c’est pas dans ma nature ! C’est tellement important, que j’ai coupé tous mes liens avec ma mère et toute ma famille pour protéger ma fille. Il s’est produit quelque chose que je ne pouvais pas pardonner et j’ai pris le bord de ma fille. Mais ça a un prix… Ma mère est décédée l’an dernier et je n’ai pas pu aller au service. Ils ont même refusé que mon nom soit écrit sur la liste des gens qu’elle laissait dans le deuil parce qu’on avait coupé les ponts. Ça me rend triste, mais même si j’avais su qu’elle allait partir, je n’aurais pas fait différemment. Il y a des choses qui ne se pardonnent pas. »

#3

Prendre du temps avec des enfants

« Je travaille avec les enfants tous les jours et j’en ai besoin. Quand tu es avec eux, tu ne peux pas penser à d’autres choses ou à tes problèmes. Ils ont besoin de toi et c’est là, ici, maintenant ! Les enfants, ça garde en forme, ça garde vivant, ça garde de bonne humeur. C’est important de prendre le temps pour être avec eux, entrer dans leur monde. Je suis chanceuse, je le fais presque tous les jours en travaillant en garderie, mais il va falloir que je me trouve un autre moyen pour les voir quand je vais devoir arrêter de travailler, j’anticipe ce moment-là. »

Partagez cet article