Être bien

Parce qu'on veut tous apprendre à être bien. Dans notre peau, dans notre tête... dans notre vie! Cette section se veut donc un partage d'outils et de réflexions, un accès à des ressources qui, je l'espère, vous seront utiles, comme elles l'ont été pour moi.

mardi 24 avril 2018

Le retour du temps doux

Je suis dans une phase de récompenses. De lumineux, d’intense et de beau. Un bout de route ensoleillée après un hiver difficile, où je me laisse guider par les événements, les cheveux au vent. J’avoue, ça fait du bien. Ça requinque le kin-kin comme dirait ma mère 😉

Parce que, comme tout le monde, l’hiver m’a paru interminable. Comme à chaque année, janvier et février m’ont rentrée dedans solide, me minant l’énergie et le moral par moment. J’ai fait de mon mieux, tête baissée sous ma tuque et mes gros foulards pour me protéger, j’ai ressorti ma lampe de luminothérapie, pris du Maca, de la vitamine D, fait de l’exercice, bien mangé… J’ai fait tout ce que les experts recommandent pour être bien. Mais, ça prenait tout mon p’tit change pour garder la tête hors de l’eau (ou plutôt du banc de neige!). Par bout, ça aurait été tellement plus facile de se recoucher et d’attendre le redoux.

Donc, de voir que, ces jours-ci, tout est plus doux, facile, que ça coule de source, que les choses se placent par elles-mêmes, que les grands vents se calment enfin pour laisser place à la brise du printemps, ça fait tellement de bien!

On l’oublie à chaque fois quand ça ne va pas, que tout finit par passer. Le beau comme le mauvais. Et se le rappeler, ça aide à garder le cap, à ne pas baisser les bras, sachant très bien que c’est temporaire. Qu’un beau matin on va se lever, qu’on va réentendre les petits oiseaux chanter à notre fenêtre, que le soleil réchauffera un peu plus qu’hier et que, sans qu’on sache pourquoi, la douceur et le calme seront revenus. C’est vrai pour la météo, mais c’est vrai aussi pour tout ce qui nous fait bobo.

Alors voilà, j’avais juste envie de vous le rappeler aujourd’hui: que lorsqu’on a le caquet bas, qu’on est dans un bout où ça feele pas, faire de cette phrase son mantra: « Tout finit par passer. » Plus on le dit, plus on redevient léger.

Et c’est en plein ce que je vous souhaite, une belle brise de printemps, douce et légère!

Julie

Partagez cet article
Julie Bélanger © Maude Chauvin

À propos de Julie Bélanger

J'ai toujours écrit. Je tiens d'ailleurs un journal intime depuis ma 5e année! Rien de bien édifiant à l'époque, où je ne faisais que parler des garçons qui me plaisaient, mais ça a toujours fait partie de ma vie. Les grandes émotions, les peines, les joies, les peurs, tout ça s'est déversé dans mes journaux au fil des années. En plus d'être un excellent exutoire, l'écriture permet aussi un recul face à notre propre vie, à comprendre des patterns, à voir le chemin parcouru aussi. J'ai envie de partager maintenant avec vous. Il y aura donc ici des billets, des pensées, des bouts de vie, comme je le fais dans mon journal. Un accès direct à mon coeur.