Être bien

Parce qu'on veut tous apprendre à être bien. Dans notre peau, dans notre tête... dans notre vie! Cette section se veut donc un partage d'outils et de réflexions, un accès à des ressources qui, je l'espère, vous seront utiles, comme elles l'ont été pour moi.

mardi 20 septembre 2016

Le pouvoir de la musique

J’aime la musique. Depuis toujours.

En fait, plus que ça, la musique m’aide à vivre. Et ça ne date pas d’hier.

Y’en a toujours eu chez-nous. Mon Pipa (comme je le surnomme affectueusement) est une musicien, un excellent guitariste. Et, petite, en me préparant pour l’école, la trame sonore de mes matinées était la musique de mon père qui s’échappait du sous-sol. Papa y pratiquait à chaque jour ses gammes (et il le fait encore).

La musique habitait la maison en soirée aussi où, quelques soirs par semaine, on avait droit à une prestation full band, alors que Tempo, le groupe de mon père, y était en spectacle en direct de notre sous-sol. Je me souviens que ma mère, mon frère et moi, bien installés dans les sofas pour écouter la télé au salon, situé juste au-dessus de la cave, on grimpait le volume au boute tellement les musiciens de Tempo se démenaient.

Bref, j’ai ça dans les veines. Pas étonnant que je gagne ma vie en faisant jouer de la musique toute la journée à la radio ! C’est comme si c’était dans mes gènes !

Et parfois, j’ai des coups de cœur. Du genre que je tombe littéralement en amour avec un chanteur, une chanteuse ou un groupe et que je me mets à les écouter de façon compulsive ! Pour accéder à cette place de choix dans mon cœur et mon IPod, faut être ben spécial. J’suis du genre sélective. J’suis pas une fille facile. Quand j’aime, j’aime fort et pour longtemps.

musique-julie-belanger

Moi en pleine chorégraphie sur une de mes chansons préférées! 🙂

Y’a eu Sublime. Un band reggae qui m’a fait CAPOTER dans ma vingtaine. Sublime, c’est ma jeunesse, les partys, les soirées entre amis, la drague, la séduction, les folies de jeunesse, les nuits qui s’éternisent jusqu’aux petits matins et où on rentre se coucher, une fois le soleil levé.

Jack Jonhson. Ah ça Monsieur, ça été le grand amour ! Dès la première écoute, ça été le coup de foudre ! (Je rêve d’ailleurs de le voir un jour en spectacle à Hawaï, son lieu de naissance… et je vous jure que je le ferai.) Jack, ça été ma doudou pour l’âme quand je n’allais pas bien. Les jours où j’avais besoin de réconfort, de douceur, Jack était toujours là pour m’accompagner. Comme un ami fidèle. Sa musique a été la trame sonore de plusieurs moments de ma vie. Des soupers entre amoureux, des soirées à refaire le monde entre amis, des moments de tristesse aussi, d’angoisse et de grandes joies.

Mon plus récent coup de cœur est arrivé cet été. Ma bonne amie Caro me les a fait découvrir lors de notre voyage à la mer. On était parties se reposer, manger des lobster roll à n’en plus finir et lire des journées entières au soleil. Puis vient la découverte : « J’ai envie de te faire découvrir ce band-là, ça été mon coup de cœur de 2015 et j’suis sure que tu vas aimer ça. » Aimer ça ? J’ai CAPOTÉ encore une fois ! Alabama Shakes. Un band qui donne tantôt dans le motown revisité, le rockabilly, rétro tout en sonnant très moderne. Oh My God. Je les écoute en boucle depuis mon retour. Ça me rend joyeuse, dans ma bulle, énergique, bien, connectée.

C’est tout ça que ça me fait la musique.

Et vous, quelle est la trame sonore de votre vie ?

Julie

Partagez cet article
Julie Bélanger © Maude Chauvin

À propos de Julie Bélanger

J'ai toujours écrit. Je tiens d'ailleurs un journal intime depuis ma 5e année! Rien de bien édifiant à l'époque, où je ne faisais que parler des garçons qui me plaisaient, mais ça a toujours fait partie de ma vie. Les grandes émotions, les peines, les joies, les peurs, tout ça s'est déversé dans mes journaux au fil des années. En plus d'être un excellent exutoire, l'écriture permet aussi un recul face à notre propre vie, à comprendre des patterns, à voir le chemin parcouru aussi. J'ai envie de partager maintenant avec vous. Il y aura donc ici des billets, des pensées, des bouts de vie, comme je le fais dans mon journal. Un accès direct à mon coeur.