Être bien

Parce qu'on veut tous apprendre à être bien. Dans notre peau, dans notre tête... dans notre vie! Cette section se veut donc un partage d'outils et de réflexions, un accès à des ressources qui, je l'espère, vous seront utiles, comme elles l'ont été pour moi.

jeudi 2 février 2017

Ma trail dans le bois

Ce que j’appelle une trail, c’est quand on se répète quelque chose dans notre tête, qu’on entretient une croyance.

On en a tous une. Une trail dans un bois sombre et dense qu’on va emprunter parfois au lieu d’aller sur l’autoroute du gros bon sens. Comme si on aimait ça, de temps en temps, se compliquer la vie, s’enfoncer dans notre zone de noirceur. On a beau travailler là-dessus, essayer de guérir nos bobos, suffit d’une journée où on tire de la patte, où on a le bobo un peu moins protégé, pour repartir dans notre trail, devenue bien entretenue et déboisée avec les années.

J’ai eu un léger relent récemment… Une belle promenade autant imprévue qu’indésirée.

Pour la petite histoire : on m’a invitée à participer à l’émission Accès Illimité (j’étais ben flattée que l’équipe pense à moi pour ce gros show !). L’émission porte d’ailleurs bien son nom, parce que c’est vrai que c’est un accès illimité à notre quotidien, à notre vraie vie. Parce qu’on tourne beaucoup : 2 jours et demi de tournage intense pour un reportage d’une vingtaine de minutes. C’est énorme en télé !

Dans mon cas, une portion était tournée avant les Fêtes dans ma famille sur la Côte-Nord (une première pour mes parents et moi d’avoir des caméras dans notre quotidien et dans la maison familiale !). Pour la 2e journée, on me suivait au travail, entre la radio et l’enregistrement de Ça finit bien la semaine. (Pour vous donner une idée de l’horaire de tournage, l’équipe, ce jour-là a débarqué chez moi à 6h45… pour me quitter à 23h ! Ouf !)

IMG_0207_01

Durant le tournage, sur une plage de Port-Cartier.

J’ai beau faire de la télé, connaître la patente, quand t’es filmée pendant une aussi longue période, un moment donné, t’oublies la caméra. Pour vrai. Les barrières, le vernis, tout ça tombe et on a accès au brut, au vrai. J’étais pleinement consciente de tout ça en acceptant de le faire. Parce que c’est là la force du show : on a accès à des perles de vérité, du « pas léché », ce qu’on ne montrerait pas nécessairement dans un autre contexte. Moi, c’est pas compliqué : on me pose une question et je réponds. Aussi simple que ça. Je suis incapable d’être stratégique et de filtrer, je réponds toujours le plus honnêtement possible, that’s it. Pas de game. Et j’assume. Complètement.

Jusqu’à ce que je vois la bande-annonce de l’émission…

Je m’y suis vue. Très peu maquillée, à la table familiale, en train de jaser en gesticulant, comme je le fais si souvent. Je m’y suis vue on ne peut plus vraie. Pis ça m’a foutu la chienne. Assez pour aller dans ma trail de « Oh My God, qu’est-ce que les gens vont penser ? »

Pourquoi ? Parce que toute ma vie, j’ai voulu cacher un peu de ma lumière, la dimmer même, par peur de déplaire, de déranger. Je me suis toujours sentie vulnérable en m’exposant. La façon la plus efficace que j’ai trouvée pour me protéger était d’en cacher un boutte. Ainsi, on ne pouvait m’atteindre vraiment. Seuls ceux qui m’aimaient pour vrai avaient aussi accès au laid, au noirci, au moins reluisant. Avec eux, je me donnais le droit de me lâcher lousse.

Donc, pour la première fois, dimanche prochain, y’aura pas de vernis. Pas de réflexe d’animatrice. Que moi. Avec mon gros rire gras qui vient du cœur, mes tapes s’a cuisse et ma vérité. Pis même si ça m’a fait peur au point de retourner dans la trail de mes anciennes blessures, j’y vais pareil.

Parce que je sais que maintenant, je m’aime assez pour m’assumer pleinement.

Le beau comme le laid.

Julie

Partagez cet article
Julie Bélanger © Maude Chauvin

À propos de Julie Bélanger

J'ai toujours écrit. Je tiens d'ailleurs un journal intime depuis ma 5e année! Rien de bien édifiant à l'époque, où je ne faisais que parler des garçons qui me plaisaient, mais ça a toujours fait partie de ma vie. Les grandes émotions, les peines, les joies, les peurs, tout ça s'est déversé dans mes journaux au fil des années. En plus d'être un excellent exutoire, l'écriture permet aussi un recul face à notre propre vie, à comprendre des patterns, à voir le chemin parcouru aussi. J'ai envie de partager maintenant avec vous. Il y aura donc ici des billets, des pensées, des bouts de vie, comme je le fais dans mon journal. Un accès direct à mon coeur.