Être bien

Parce qu'on veut tous apprendre à être bien. Dans notre peau, dans notre tête... dans notre vie! Cette section se veut donc un partage d'outils et de réflexions, un accès à des ressources qui, je l'espère, vous seront utiles, comme elles l'ont été pour moi.

jeudi 9 novembre 2017

La première photo

Je suis retombée sur une photo de mon amoureux et moi, à nos débuts. En fait, ça ne peut pas être plus le début que ça, elle a été prise le soir même de notre premier baiser. Une photo floue, où j’ai les yeux à moitié fermés et où je ne suis clairement pas à mon avantage, mais la photo d’un moment important. Pour moi. Pour nous 2 deux.

Ça fait déjà 12 ans de ça.

Y’en a de l’eau qui a coulé sous les ponts depuis, des épreuves qu’on a traversées, des deuils, des tempêtes, des moments où on s’est tapé sur les nerfs solide (faut dire qu’on a 2 caractères forts!), mais du beau surtout, beaucoup de beau! Des moments où on s’est aimé, où on a ri, voyagé, jasé. D’autres aussi simples et doux qu’une soirée bien emmitouflés sur le divan à regarder une série en mou. Un autre où on se fait une bonne bouffe, on s’allume un feu de foyer, on met de la musique et on se met à danser spontanément dans la cuisine, en se disant qu’on est tellement chanceux de s’avoir! Revoir cette photo me rappelle tout ça. Toutes les raisons pour lesquelles j’ai décidé de le suivre. De faire ma vie à ses côtés.

Parce que c’est simple avec lui. Ça coule de source.

Je me souviens que, plus jeune, le Grand Amour me fascinait! Je demandais souvent à mes parents: « Comment on fait pour le reconnaître? Y’a-tu des signes clairs, quelque chose qui nous prouve que c’est LE bon? »

Ben la réponse est oui. Et le signe, je l’ai eu. Le premier soir. Le soir de la photo. Dès la première fois ou on s’est embrassé, j’ai su que c’était lui. Que ma place était là, dans ses bras. C’est fou hein? Je n’avais jamais ressenti rien de la sorte, rien d’aussi fort. Comme si on avait ouvert les digues d’une chute puissante et, maintenant qu’elles étaient ouvertes, rien ne pouvait plus arrêter, ni empêcher le courant si fort qui passait entre nous.

Pis tsé, c’est si facile d’oublier tout ça! De se perdre dans ses tracas, le travail, les responsabilités, le tourbillon de la vie quoi, de reprocher à l’autre qu’il n’est pas si, qu’il n’est pas ça. Mais je pense que si on faisait tous l’exercice de se rappeler pourquoi on est tombé en amour, pourquoi on a décidé de suivre l’autre, ça pourrait peut-être aider quelques couples à retrouver la flamme qui vacille parfois quand la vie nous bouscule.

Alors voilà ce que je propose: prenez donc un moment pour retourner à vos vieilles photos, celles du début de votre couple. Et peut-être allez-vous souffler ainsi sur les tisons et reconnecter avec la flamme de votre relation. Après tout, l’automne, y’a pas de meilleur période pour se faire un feu de foyer et se coller 🙂

Julie

Partagez cet article
Julie Bélanger © Maude Chauvin

À propos de Julie Bélanger

J'ai toujours écrit. Je tiens d'ailleurs un journal intime depuis ma 5e année! Rien de bien édifiant à l'époque, où je ne faisais que parler des garçons qui me plaisaient, mais ça a toujours fait partie de ma vie. Les grandes émotions, les peines, les joies, les peurs, tout ça s'est déversé dans mes journaux au fil des années. En plus d'être un excellent exutoire, l'écriture permet aussi un recul face à notre propre vie, à comprendre des patterns, à voir le chemin parcouru aussi. J'ai envie de partager maintenant avec vous. Il y aura donc ici des billets, des pensées, des bouts de vie, comme je le fais dans mon journal. Un accès direct à mon coeur.