Être bien

Parce qu'on veut tous apprendre à être bien. Dans notre peau, dans notre tête... dans notre vie! Cette section se veut donc un partage d'outils et de réflexions, un accès à des ressources qui, je l'espère, vous seront utiles, comme elles l'ont été pour moi.

mardi 29 novembre 2016

La fée du logis

J’adore ma maison. J’ai d’ailleurs toujours aimé le cocooning.

Faire un mijoté, un dimanche après-midi, qui embaume la cuisine. Lire, devant un feu de foyer, en écoutant de la musique. C’est mon genre de sport, zéro-extrême, mais ô combien agréable et satisfaisant. J’aime créer des ambiances. Et je me découvre même, depuis quelques années, une véritable passion pour la décoration intérieure. Je peux passer des heures sur Instagram à suivre des comptes de déco scandinave (des décors tout blanc, lumineux. J’ai sans doute d’ailleurs des racines scandinaves tellement tout me plaît de leur déco et leur façon de vivre : le hygge, c’est très moi !). Je parcours les catalogues de Restauration Hardware avec une telle passion que j’appelle ça ma porno (!!) et les dimanches après-midis, c’est souvent ma suggestion d’activité : « On va-tu faire le tour des boutiques? » (je vous ai déjà parlé d’ailleurs de mes endroits coups de coeur ici!).

Bref, je cherche constamment la petite touche qui va parfaire telle ou telle pièce. Le coussin gris en forme de cœur que j’ai placé sur mon sofa. La nouvelle doudou moelleuse et juste parfaite pour mon solarium. Les chandelles que je dépose… partout ! (Parce que j’adoooore les chandelles, surtout celles de Thymes «Frasier Fir» à l’odeur de sapin qui me font capoter !) Comme si le fait d’accorder de l’importance aux petits détails contribuait à mon bien-être. Que le fait de trouver ma maison belle m’apportait un réel bonheur.

img_00672

Toutefois, ne pensez pas que je sois une fée du logis pour autant… Au contraire ! Martha Stewart n’a pas à avoir peur de la Bélanger ! Ça me prend du temps pour arriver à un résultat qui me satisfait pleinement. C’est comme un long work in progress qui s’éternise parfois beaucoup trop longtemps ! J’peux fixer le même mur pendant des mois, à hésiter entre 2 cadres ou 2 teintes de blanc ! Y’a des cadres qui traînent sur mon plancher de salon depuis des mois parce que je n’arrive pas à décider des images à placer dedans. Vous voyez le genre ? Je dois vivre dans mon décor, réfléchir, fouiller, jusqu’à ce que j’ai le déclic, le coup de cœur pour l’embellir. Quand mon chum n’en peut plus que je lui dise : « Me semble que ça serait beau ce mur-là en blanc ! », je lui réponds que je suis une artiste… 😉

Tout ce processus, aussi long soit-il, me plaît.

Et je réalise que pendant longtemps j’ai boudé mon plaisir. C’était très rare par exemple que j’allumais mes chandelles, comme ça, sans raison, en pleine semaine. Pourquoi ? Parce que je trouvais que ça ne valait pas la peine de le faire pour moi toute seule, à la limite que je les gaspillais ! Je préférais les économiser pour la visite, pour les soupers entre amis, pour les « vraies » occasions… Comme si, parce que c’était pour mon simple plaisir, ce n’était pas suffisant. Que je ne valais même pas une chandelle ! C’est fou pareil hein ?

Et bien là, avec l’automne bien installé et les journées qui raccourcissent à vue d’œil, j’ai décidé de me gâter plus souvent. De savourer ces doux moments de langueur et de douceur chez-moi. Sans me sentir coupable. Et d’apprécier. Sur ce, j’m’en retourne lire une vieille revue dans mon sofa mou, la couette un peu croche sur la tête et les pieds sur le pouf.

Comme mon père me l’a toujours dit, « On est ben, à maison ! »

Julie

Partagez cet article
Julie Bélanger © Maude Chauvin

À propos de Julie Bélanger

J'ai toujours écrit. Je tiens d'ailleurs un journal intime depuis ma 5e année! Rien de bien édifiant à l'époque, où je ne faisais que parler des garçons qui me plaisaient, mais ça a toujours fait partie de ma vie. Les grandes émotions, les peines, les joies, les peurs, tout ça s'est déversé dans mes journaux au fil des années. En plus d'être un excellent exutoire, l'écriture permet aussi un recul face à notre propre vie, à comprendre des patterns, à voir le chemin parcouru aussi. J'ai envie de partager maintenant avec vous. Il y aura donc ici des billets, des pensées, des bouts de vie, comme je le fais dans mon journal. Un accès direct à mon coeur.