Être bien

Parce qu'on veut tous apprendre à être bien. Dans notre peau, dans notre tête... dans notre vie! Cette section se veut donc un partage d'outils et de réflexions, un accès à des ressources qui, je l'espère, vous seront utiles, comme elles l'ont été pour moi.

3 choses que j’ai apprises – Brigitte Lafleur

mercredi 5 septembre 2018


© photo: Julie Perreault

Pour débuter cette nouvelle saison de collaboration avec le 7 Jours, je ne pouvais espérer mieux qu’une rencontre avec Brigitte Lafleur. C’est tellement un rayon de soleil cette fille! C’est d’ailleurs une des premières choses qui nous saute aux yeux à son contact: sa joie de vivre. C’est une fille qui respire le bien-être et la bonne humeur. (Et que dire de son rire communicatif que j’adore!) J’étais donc curieuse de découvrir quelles grandes leçons de vie avaient forgé son parcours jusqu’ici. Les voici…toutes aussi lumineuses qu’elle!

#1

Ma famille passe avant tout

C’est vraiment le centre de ma vie. Ça fait partie de moi, vraiment profondément. J’ai toujours habité près de ma famille. J’habite à côté de chez mes parents, mes 2 sœurs et ma grand-mère, quand elle était vivante, habitait à côté de chez nous. On habite tous à 5 minutes les uns les autres. Parmi les 15 maisons que j’ai eues dans ma vie, il y a une fois où j’habitais à une demi-heure de ma famille et on a déménagé au bout de quelques mois. Peut-être que c’est parce qu’on est 3 enfants. Il y a des gens qui remplacent ça par l’amitié, mais pour moi ma famille c’est le centre, l’affaire la plus précieuse. Ma sœur prend soin de ma fille, c’est comme la nounou de ma fille. Et avec les membres de ma famille on se voit presque quotidiennement. Ma famille c’est mon centre et c’est ce qui fait que je suis heureuse dans la vie. Nous nous entraidons énormément. Ma famille passe avant tout et je vais souhaiter ça jusqu’à la fin de mes jours. Je vais essayer de léguer ça à ma fille aussi, parce qu’être entourée, c’est l’affaire la plus précieuse. Bref, c’est l’une des valeurs les plus importantes de ma vie.

#2

Dire les choses au fur et à mesure

Avant de rencontrer mon chum, j’ai eu d’autres relations de couple où je fonctionnais plus sur un mode discret, j’étais de nature secrète. Des fois, au lieu d’exprimer ce qui me dérangeait, je gardais les choses pour moi et ça a toujours fini en échec. Soit les choses sortaient mal, ou elles prenaient une ampleur démesurée. Avec mon chum Mario, ça s’est fait naturellement, sans que j’y réfléchisse, ça venait tout seul de dire les choses au fur et à mesure. C’est avec lui que j’ai découvert à quel point c’était sain de faire ça. Puis ça a fait du chemin et j’ai aussi mis ça en pratique avec mes proches, ma famille et mes amis. Mais il me reste encore du chemin à faire. Au travail, par exemple, si je me retrouve dans un nouvel environnement, j’ai tendance à gober un peu. Mais avec des gens très proches que je connais, là je suis capable d’être un livre ouvert. Lorsqu’on dit les choses au fur et à mesure, c’est tellement plus facile! Ça me permet d’être plus dans le bonheur à tous les jours. En réglant les choses comme elles viennent, on peut passer à autre chose après et le bonheur revient immédiatement.

#3

L’importance d’être dans l’action pour contrer la peur

Ça, je le ressens beaucoup depuis que je peins, ça devient vraiment concret. Des fois, ça me prend du temps avant de commencer à faire un croquis. Par exemple, je suis rendue à faire ma première touche de peinture et ça peut me prendre une demi-heure avant que je sois capable de l’appliquer. Agir devient difficile, c’est comme si c’était la peur qui m’empêchait de commencer, comme si j’avais peur de gâcher quelque chose. Mais une fois que je commence, que je me lance, ça va toujours bien. C’est évident dans la peinture mais c’est pareil dans ma vie. Je suis une fille contemplative, ça me prend du temps des fois à me lancer mais une fois que je suis parte, je me dis toujours « mon dieu que je trouve que j’ai trop attendu longtemps avant de le faire. » Je pense que dans la vie on a tous peur de se lancer mais dès qu’on est dans l’action, ça devient facile. C’est dans l’action qu’on avance, il ne faut pas juste rester dans la réflexion. Alors je me force à l’action. Ça ne marche pas tout le temps mais j’essaie de me le rappeler le plus souvent possible.

***

Brigitte Lafleur est présentement au théâtre dans la pièce Laurel et Hardy présentée au Théâtre Hector Charland. Elle sera de retour dans la 4e saison de «Les Pays d’en haut» et vous pourrez la découvrir, cet automne, dans la nouvelle saison de O’. Elle convie également le public à son exposition, le 16 décembre prochain, au Monument-National. Pour tous les détails : brigittelafleur.com

Partagez cet article