Être bien

Parce qu'on veut tous apprendre à être bien. Dans notre peau, dans notre tête... dans notre vie! Cette section se veut donc un partage d'outils et de réflexions, un accès à des ressources qui, je l'espère, vous seront utiles, comme elles l'ont été pour moi.

3 choses que j’ai apprises – Michelle Blanc

mardi 29 mai 2018

J’ai croisé Michelle Blanc à quelques reprises dans ma vie. À chaque fois, son intelligence et sa pertinence m’ont impressionnée. Et que dire de sa force de caractère! Dans un monde où la différence peut tellement entraîner de haine, mener la vie qui lui ressemble, faire les choix pour y arriver, tout ça démontre une résilience incroyable… Qui peut tous nous inspirer dans notre quotidien.

#1

Les revers peuvent devenir des opportunités

À 40 ans, j’ai perdu ma job alors que ça faisait une semaine que je venais d’acheter ma maison. C’était évidemment une méchante mauvaise nouvelle. Alors j’ai décidé de retourner aux études. J’ai fait une maîtrise scientifique en commerce électronique et ça a changé ma vie.

Aussi, comme j’ai été médiatisée dans ma vie, j’ai reçu de nombreuses menaces de mort. Je trouvais que ça n’avait pas de bon sens, j’ai donc décidé de me servir de cette expérience négative-là pour développer une expertise en cybercriminalité et pour arrêter les harceleurs. Mes harceleurs ont été arrêtés, condamnés et il y en a même un qui a fait 6 mois de prison. Mais même si j’ai développé cette expertise en cybercriminalité, ça ne m’a pas empêché de vivre dans la peur et de devoir aller en thérapie pour apprendre à gérer toute cette haine-là.

Bref, dans la vie, quand tu as des coups durs, ça peut-être une porte ouverte pour faire quelque chose d’autre. Même si les coups durs sont difficiles à vivre, la vie n’arrête pas, et on peut se servir de ces expériences difficiles comme une source d’inspiration.

#2

Je suis une très mauvaise juge des personnes

Quand j’ai fait ma transition, je pensais que je perdrais mes clients et que ma famille comprendrait. Mais finalement j’ai perdu ma famille, et j’ai gardé mes clients.

Moi-même je peux avoir des préjugés dans la vie. À un moment donné, j’étais dans une auberge avec ma conjointe, et dans la chambre à coté de nous, il y avait un tatoué « rock and roll », et je me disais, « oh boy » lui, il va me faire du trouble mais ça a été tout le contraire, il m’admirait au boutte!

Souvent, quand on pense à l’homophobie ou la transphobie, on a l’impression que c’est une certaine catégorie de gens qui sont homophobes et « colons », mais parfois, c’est totalement le contraire. Ce sont les gens qui ont une très haute éducation et qui ont un certain statut dans la vie qui ne sont pas du tout ouverts, alors que les gens « ordinaires » le sont totalement et n’ont aucun problème avec ça.

On peut aussi penser que l’homophobie ou la transphobie c’est une question d’âge, mais il y a des jeunes qui me crachent dessus alors qu’il y a des personnes de 90 ans qui sont complètement ouvertes.

Changer de sexe, c’est une grande expérience d’humilité parce que tu apprends ce qu’est le mépris. Au début de ma transition surtout, c’était vraiment terrible. À un moment donné, j’étais assise sur une terrasse, puis il y a une gang de jeunes qui passaient par là. Ils ont arrêté de marcher, ils m’ont pointé du doigt, ils sont partis à rire et se donnaient des coups de coude en disant « regarde le freak qui est assis là-bas ». C’est rough. C’est beaucoup moins pire aujourd’hui parce que d’abord, je suis plus féminine que je ne l’étais, et parce que je suis devenue une personnalité un peu publique. Mais je ne prends jamais pour acquis ce qui se passe dans la tête des gens lorsqu’ils me regardent. Des fois, j’imagine des choses mais c’est complètement le contraire. Très souvent, mes préjugés ont été confrontés à l’opposé de ce que je m’étais imaginée, ce qui fait que maintenant, j’arrête de juger. On ne peut pas toujours se fier à nos premières impressions et à l’emballage. C’est pas parce que quelqu’un a un doctorat que c’est nécessairement un génie, et c’est pas parce que quelqu’un n’a pas d’éducation que c’est nécessairement un imbécile.

#3

Le pouvoir de la nature

Il y a 5 ans, j’ai déménagé dans le bois et ça a vraiment changé ma vie. Je vis dans une forêt de pins centenaires face à un lac. Dès que je débarque de ma voiture, je ressens un souffle de bien-être instantané. Ce qui est vraiment remarquable aussi c’est d’entendre le silence. Une des choses qui me fait le plus de bien, c’est de marcher pieds nus dans le gazon et de me coucher sur le gazon.

Quand je me couche sur le gazon, je vis une espèce d’équilibre électrique avec la planète car la planète est chargée électriquement. De marcher pieds nus sur le sol, de toucher au sol, de me coucher sur le sol, c’est comme si ça me rééquilibrait. Là où j’habite, il y a un arbre qui est mon pin préféré, je l’appelle Georges, je lui parle et de temps en temps je vais lui faire un gros câlin et ça me fait du bien. 

 

***

Découvrez quelle est la chose que Michelle Blanc aimerait apprendre dans la vie, en exclusivité dans le magazine 7j_logo en kiosque ce jeudi!

Vous pouvez suivre Michelle Blanc sur Twitter : @MichelleBlanc et sur son site web : www.michelleblanc.com
Pour toutes questions concernant la transsexualité, vous pouvez consulter les sites suivants :

www.atq1980.org: Site qui vient en aide aux transsexuels du Québec
www.enfantstransgenres.ca

Partagez cet article