Être bien

Parce qu'on veut tous apprendre à être bien. Dans notre peau, dans notre tête... dans notre vie! Cette section se veut donc un partage d'outils et de réflexions, un accès à des ressources qui, je l'espère, vous seront utiles, comme elles l'ont été pour moi.

3 choses que j’ai apprises – Josée Boudreault

mardi 11 septembre 2018

J’ai la chance d’avoir eu Josée comme collègue pendant des années, soit celles où elle travaillait à Rythme FM. J’y ai découvert une fille franche, drôle, avec un sens de la répartie incroyable! On le sait tous, les épreuves qu’elle a dû traverser au cours des dernières années, n’ont pas été facile. Mais de la voir s’en sortir avec le même positivisme que toujours est plus qu’inspirant. Parce que derrière la fille drôle, il y a surtout une femme résiliante, forte et d’une grande sensibilité. Merci Josée pour tes bouts de sagesse partagés!

#1

Il faut avancer et ne jamais regarder en arrière

Moi, maintenant, j’ai moins de mots pour exprimer ce que j’ai à dire mais j’avance avec ça et j’essaie de ne pas regarder en arrière. Ça ne sert à rien, sinon ça me fait de la peine. Mais c’est correct, j’avance et je suis contente de moi.

Lors de mes conférences, je rencontre beaucoup de gens qui ont vécu de grosses épreuves et tout le monde dit la même chose : il faut faire le deuil du passé pour continuer à avancer, puis regarder ce qu’on a, là, maintenant. On a le réflexe de penser que lorsqu’on perd quelque chose, on a tout perdu. Mais finalement, on se rend compte qu’il nous reste beaucoup de choses avec lesquelles on peut jouer dans le présent, pour continuer à avancer.

#2

Il ne faut pas avoir peur de l’adolescence

Quand ma grande fille Chloé a atteint l’adolescence, au début c’était épeurant! On ne sait pas comment faire puis finalement, on se rend compte que c’est correct, c’est la vie. On pense que ça va être l’enfer, mais on ne meurt pas de ça. Ce que j’ai appris avec l’adolescence, c’est qu’on a le réflexe d’extrapoler. À 13, 14 ans, Chloé était rebelle, elle était beaucoup dans le « j’m’en fous ». Elle se foutait de tout, elle était tout le temps au-dessus de ses affaires. Alors si on commence à s’en faire, ça peut faire peur! Mais finalement, on réalise que ce n’est pas parce qu’ils sont comme ça à l’adolescence qu’ils vont être comme ça adulte. C’est une période où ils essaient des affaires, ils sont un peu mêlés mais quand ils arrivent à 17, 18, 19 ans, ils se mettent à devenir adulte et ça nous rassure. Aujourd’hui, elle est devenue « by the book » à mort. Quand elle va travailler, elle veut être à l’heure, c’est super important. Son côté adulte est rentré et ça n’a rien à voir avec la fille qu’elle était à 14 ans. Alors mon conseil serait peut-être de ne pas avoir trop de confrontations avec eux à l’adolescence pour éviter de briser quelque chose. Il faut continuer de leur donner des conseils en ayant conscience que tout finit par rentrer, même s’ils ne nous le disent pas.

#3

Dans la vie, on ne décide pas toujours

Je ne pensais pas comme ça avant. Je ne pensais pas qu’un jour, je ne serais plus capable de parler. Des fois, la vie est dure, mais c’est la vie justement. Des fois, les gens disent : « ben moi, ça ne se passera pas de même dans ma vie! » Ben moi Josée, je vous dis que ce n’est pas toujours nous qui décidons ça.

Avant, tout allait vite dans ma vie mais comme je ne peux plus aller aussi vite, j’ai appris à être plus patiente. Jamais je n’aurais pensé que je pouvais être si patiente avant d’avoir mon accident. Maintenant, j’avance lentement mais sûrement et je suis correcte avec ça. Dans mes conférences, je dis souvent que lorsqu’il nous arrive quelque chose on se dit : « Pourquoi moi ? Pourquoi moi ? » Ben moi je dis, « Pourquoi pas toi justement ?» Ce n’est pas toujours nous qui décidons, on ne peut pas tout contrôler. Il faut plutôt profiter de chaque journée et continuer d’avoir du fun, de relever des défis et ne pas attendre parce qu’on ne sait jamais ce qui nous arrivera demain. On peut juste contrôler ce qu’on est capable de contrôler et c’est ce qu’on fait à chaque jour. Il ne faut pas penser qu’on a du temps à l’infini, parce qu’on ne décide rien et on ne sait jamais quand ça va arrêter.

***

Découvrez quelle est la chose que Josée Boudreault aimerait apprendre dans la vie, en exclusivité dans le magazine 7j_logo en kiosque ce jeudi!

Josée Boudreault poursuis ses conférences partout à travers le Québec. Billets disponibles sur le Joseeboudreault.com.
Le podcast «Maintenant que les enfants sont couchés» est disponible sur Itunes, soundcloud et stitcher.

Partagez cet article