Être bien

Parce qu'on veut tous apprendre à être bien. Dans notre peau, dans notre tête... dans notre vie! Cette section se veut donc un partage d'outils et de réflexions, un accès à des ressources qui, je l'espère, vous seront utiles, comme elles l'ont été pour moi.

3 choses que j’ai apprises – Jean-Michel Anctil

jeudi 1 décembre 2016

jm-anctil-2

#1

Éviter les « j’aurais donc dû »

C’est quelque chose que j’essaie de mettre en pratique et que je réussis pas mal ! Au secondaire, il y a un gars avec qui j’étudiais qui était vraiment sur la dope… Puis, il a arrêté et est tombé dans la Bible. Il me faisait capoter ! Un jour, il m’a dit « Élimine de ton vocabulaire les « j’aurais donc dû ». Ce que ça veut dire, c’est que tu essaies les affaires. Au pire, t’as pas à te dire j’aurais donc dû essayer ! C’est toujours la crainte de se faire dire non qui nous fait reculer… C’est un risque ! Mais au moins tu vas en avoir le cœur net.

Une des dernières fois où j’allais choker et que je me suis dit « ah non, il faut que j’y aille », c’était sur un plateau avec Fabienne Larouche. À l’époque, elle écrivait la série Fortier. Elle passait en entrevue avant moi, je l’ai vue au maquillage, mais je n’osais pas aller lui parler et lui dire que j’aimais cette émission et que j’aimerais jouer un maniaque, j’étais trop gêné ! Mais après l’émission, j’ai repensé à cette phrase et je suis parti à la course dans la rue pour lui parler ! Un mois plus tard, elle m’a rappelé pour passer une audition. Je n’ai pas pu y aller parce que j’étais en Europe, mais je sais que ça a donné quelque chose !

#2

On ne peut changer le passé

« Avant, j’avais très très mauvais caractère au golf. Si je manquais un coup, je m’entêtais, je me disais j’aurais dû faire ceci d’une autre façon… Je commençais ma partie en chialant ! Mais j’ai lu le livre « Le golfeur et le millionnaire ». Dans ce livre, j’ai appris que tu ne peux pas changer le passé et que tu es mieux de te concentrer sur ce qui s’en vient, sur ce que tu peux changer ! Alors maintenant, je me concentre sur les trous qui s’en viennent et ça a amélioré ma game ! Au lieu de focusser sur les obstacles, l’eau, les trappes de sable, le bois, je focusse sur ce qui est bien. Comme « wow, l’allée est superbe, c’est là que j’envoie ma balle! » Si tu te dis « Faut pas que j’aille à l’eau», il y a de très forte chance que ta balle finisse dans l’eau!  Ce principe, je l’applique aussi dans la vie : si tu fais une gaffe, apprends de ça, mais ne la traîne pas longtemps, ce n’est jamais bon. C’est parfois difficile d’effacer et de passer par-dessus ses erreurs, mais trop y penser, c’est comme traîner un boulet. Dernièrement, j’ai perdu mon chien qui s’est fait frapper… Ça a été très très difficile pour toute la famille de perdre Coluche. On se demandait ce qu’on aurait pu faire de différent pour éviter l’accident, on se culpabilisait… Mais un moment donné, j’ai dit que ça ne servait à rien, qu’on ne le ramènerait pas ainsi et qu’on était mieux de garder nos bons souvenirs en tête plutôt que de traîner cette culpabilité-là!

#3

Ne pas se priver pour s’accorder de petits plaisirs

Quand j’ai le goût de me faire plaisir, moi, je n’attends pas. Je le fais ! Ce n’est pas obligé d’être de grosses dépenses ! C’est simplement de ne pas se dire « je vais attendre à plus tard… », parce qu’on ne sait jamais ce que l’avenir peut nous réserver. Par exemple, d’accumuler pour tes vieux jours, des fois tu ne peux même pas en profiter rendu-là !

C’est aussi un livre de Marc Fisher qui m’a appris ça. Dans « Le monastère du millionnaire », c’est des gens riches qui se retrouvent dans un monastère. Il y en a un qui a perdu son fils. Il travaillait tout le temps de son vivant pour pouvoir profiter du temps avec lui plus tard, mais son fils est mort. Moi aussi, c’est une affaire que je faisais : il fallait que je travaille beaucoup pour en profiter plus tard. Maintenant, je profite de mes moments avec la famille, parce que je sais qu’ils ne reviendront peut-être pas. Et ce n’est pas nécessairement des grosses affaires… Par exemple, la semaine passée, j’ai passé un après-midi à jouer à des jeux de société avec ma fille. En fait, je devrais dire qu’ELLE a eu beaucoup de plaisir à me battre tout l’après-midi ! Avant, j’aurais dit « il faut que je travaille ! » Mais maintenant non, je me dis « on se paie la traite ! »

 

***

Jean-Michel est en tournée avec son nouveau spectacle Je4n-Michel partout au Québec.  Pour tous les détails : jeanmichelanctil.com.

 

Partagez cet article