Être bien

Parce qu'on veut tous apprendre à être bien. Dans notre peau, dans notre tête... dans notre vie! Cette section se veut donc un partage d'outils et de réflexions, un accès à des ressources qui, je l'espère, vous seront utiles, comme elles l'ont été pour moi.

3 choses que j’ai apprises – Ingrid Falaise

lundi 27 juin 2016

Ingrid Falaise

#1 

Le meilleur de moi est le moindre que je puisse donner

« Au premier abord, on pense que c’est exigeant, mais si on s’arrête 2 secondes, on réalise que ça t’enlève toute la pression ! Parce que donner le meilleur de soi, c’est dans telles ou telles conditions, avec les éléments de la situation. Aujourd’hui, je suis malade, fatiguée, à bout de nerf. Le meilleur de moi est différent de quand je suis en forme ! Si je donne le meilleur de moi, je ne serai pas déçue, peu importe ce qui arrive. Ce n’est pas exigeant, c’est juste d’être fidèle à ce qu’on peut donner à ce moment-là, avec tous les éléments de la situation. J’ai appris cette phrase dans un cours de loi de l’attraction et ça m’est toujours resté dans la tête. Avant chaque audition, chaque engagement, je me le répète. Comme ça, je vais toujours être fière de ce que je vais avoir donné, je m’en sors toujours la tête haute et les épaules fières ! »

#2 

Mettre ses limites

« Une chose que j’ai apprise dans la vie, c’est de mettre mes limites et de les exprimer sans attendre. Par contre, je le fais avec diplomatie, mais sans jamais me manquer de respect, en honorant mes limites, sans essayer de les tempérer ou de les diminuer. Je me dis toujours que si j’ai senti une chose à ce moment-là, si ça fait « ouch » ou « non », je dois m’écouter et exprimer clairement que ma limite est atteinte. C’est étonnant, mais quand tu te respectes, tu imposes le respect ! C’est hyper important pour l’estime de soi, pour ne plus jamais se sentir abuser, victime ou pour empêcher que quelqu’un puisse avoir un pouvoir sur soi. Avant, je ne mettais jamais mes limites. Ça a changé complètement mon existence d’être capable de dire non ! Ça peut être le jour même ou le lendemain, mais il ne faut pas attendre un mois parce que tu vas souffrir tout ce temps-là ! Quand je réussi à le faire, je me donne une grosse tape sur l’épaule, parce qu’il n’y a rien qui me rend aussi fière ! Pour les gens qui ont eu peur de déranger, qui ont des blessures, qui ont eu peur de prendre leur place, c’est une grosse, grosse étape ! Moi, ça été un apprentissage. Et quand je le fais, je suis extrêmement fière de moi ! »

#3

Être gentille

« La première fois que j’ai eu un rôle parlé, j’avais une scène avec Marina Orsini. J’étais super nerveuse et je me suis trompée dans ma réplique. Elle m’a dit super gentiment, « c’est pas grave, on va recommencer ! » Après le tournage, je suis allée la voir pour la remercier d’avoir été si gentille avec moi. Et elle m’a raconté qu’un jour, elle avait tourné avec une grande actrice de renom qui avait été exécrable avec elle, et qu’elle s’était promis d’être gentille. Ça m’a marquée ! Alors je me suis aussi promise d’être gentille et d’honorer les gens. Ce n’est pas forcé, je suis comme ça, j’aime les gens ! Mais c’est super important pour moi de donner aux autres, de prendre le temps, de les respecter. Dans notre métier, tu peux être super populaire une journée et travailler comme serveuse le lendemain. J’ai vécu ça, c’est des cycles. Alors c’est important de ne jamais t’enfler la tête, de ne pas laisser l’égo prendre le dessus. Sur un plateau, je suis la même avec les techniciens, les figurants, le traiteur comme le réalisateur ou celui qui ramasse les poubelles. Et puis, tu ne sais jamais à qui tu parles, l’histoire de vie des gens. Alors juger, moi je ne fais pas ça. »

Partagez cet article